16 octobre 2019 : lanceur d’alerte, anonyme ou public ?

[atelier 137, 18H30, entrée libre]

Une séance classique entre les amis du Monde diplomatique : on apporte à boire, à manger et à penser.

Rester anonyme pour être protégé et protéger ses proches ou bien apparaître publiquement ?

De nombreuses plateformes proposent de transmettre des alertes de façon anonyme. Avec les moyens actuels de surveillance, peut-on garantir l’anonymat des lanceurs d’alertes, faut-il rester anonyme et quelles peuvent être les conséquences d’une apparition publique ?

Quel sens cela pourrait-il y avoir de dénoncer un dysfonctionnement grave, avec des risques avérés en se cachant ? Que cela révèle-t-il de notre confiance dans la société ?


Quelques informations juridiques récentes :


L’annonce pour le salon 2019

et avec le point de vue de Juan Branco :

pour aller plus loin : https://deslivresetlalerte.fr/wp-content/uploads/2019/09/programmeDLELA2019.pdf


On peut aussi se référer utilement à l’article de Pierre Rimbert dans le diplo de mars 2018 (https://www.monde-diplomatique.fr/2018/03/RIMBERT/58461).

Des nouvelles de Julian Assange